TOC : Symptômes et traitement

Le TOC (trouble obsessionnel-compulsif) est une maladie caractérisée par des troubles anxieux chroniques, potentiellement invalidants. Il affecte jusqu'à 3 % de la population mondiale. Quels sont ses symptômes et comment le traiter ?

Symptômes

Ce trouble se traduit par des pensées récurrentes (obsessions) et par des comportements répétitifs, qui n’ont pas toujours de sens et incontrôlés (compulsions). Le TOC a une évolution lente. 

Comme tout premier symptôme, on constate que les personnes atteintes du TOC ont une obsession pour la propreté, une peur viscérale d’être contaminé par des bactéries.

Parmi les autres symptômes courants, on a :

  • La peur du feu : la cuisinière et les appareils électriques sont constamment contrôlés pour s'assurer qu'ils sont éteints et qu’il n’y a pas d’accident ;
  • La peur d'être agressé : les portes sont systématiquement vérifiées avant de sortir ou d'aller dormir et plusieurs fois dans la nuit ;
  • Le besoin de perfection : un temps énorme est consacré à perfectionner l'organisation et les rangements ;
  • Le besoin compulsif de suivre une routine ;
  • La peur de perdre, de se mettre en colère ;
  • Des pensées sexuelles incontrôlables.

Certains rituels peuvent avoir leur place dans le quotidien, néanmoins les problèmes commencent car les personnes atteintes du TOC ne peuvent pas sauter une seule étape de leurs comportements rituels.

Traitement

  • Le traitement du TOC est établi en fonction de la gravité du trouble obsessionnel et compulsif :
  • Les TOC d’intensité faible à modérée qui sont soignés par la thérapie comportementale et cognitive ;
  • Les TOC sévères sont traités en priorité par des médicaments. Ces derniers agissent sur les symptômes, ce qui permet de compléter le traitement par une thérapie comportementale et cognitive. Dans certains cas, le thérapeute peut aussi préconiser une thérapie de groupe ou familiale.

Globalement, les médicaments, la thérapie comportementale et cognitive ou l'association des deux types de traitements améliorent l’état de deux tiers des patients et guérissent environ 20 % des personnes soignées.